B Plus : ‘Très léger, le Manifeste de la Warande’…
christian Laporte

Le mouvement pour le fédéralisme d’union réplique aux séparatistes.

Comme tous ceux qui sont préoccupés par l’avenir du pays, les responsables de B Plus, mouvement pluraliste pour le fédéralisme d’union ont lu attentivement le Manifeste ‘in de Warande’. Mieux, ils ont pris le temps de l’éplucher avant de donner leur avis. Où ? Mais au club de la Warande, pardi, dans l’espoir que les promoteurs du manifeste séparatiste acceptent un réel débat. Pour Luc Ryckaert, Tony van de Calseyde et Luc Van Coppenolle, tous les trois de bons Flamands, le plaidoyer des indépendantistes ne tient pas la route. Ils se sont partagé le travail et en neuf chapitres bien sentis, ils démontrent qu’il faut au contraire approfondir le fédéralisme. En régionalisant encore certaines matières mais aussi en en refédéralisant d’autres. Comme les Verts, B Plus veut aussi une circonscription nationale afin qu’un certain nombre d’élus soient de nouveaux ‘fédéraux’.

Cela dit, si B Plus est allé vers la presse, c’était surtout pour dépiauter le Manifeste de la Warande. Premier constat : il est loin de représenter toute la Flandre, étant surtout ‘d’inspiration radicale de droite et nationaliste avec une représentativité très relative de ses auteurs’. Contrairement à ses auteurs, B Plus constate que la Belgique reste une réalité vivante où les passerelles sont loin d’être coupées. Mais B Plus a surtout voulu porter le débat sur le terrain de ses adversaires. C’est là qu’ils sont aussi le plus sceptiques : ‘Les données chiffrées n’ont rien de scientifique. Les transferts sont largement exagérés et c’est à tort que l’on dit qu’ils sont plus élevés en Belgique’. Pour Luc Van Coppenolle, ‘les données sont interprétées voire truquées’. Et de constater que les chiffres viennent de sources où l’on ne parlait pas de la Belgique. En outre, ils sont attaquables vu qu”ils reposent sur un calcul des transferts qui incorpore des éléments étrangers au concept de transferts’. L’auteur a aussi démonté les données avancées par Juul Hannes (VUB) qui se focalisent sur ‘une période qui va de 1832 à 1912’… Des études mises en valeur soit dit en passant dans ‘Secessie’, une publication proche du Vlaams Belang… Et si on supprimait les transferts, cela n’entraînerait pas un relèvement de la Wallonie parce que la plupart concernent des appoints de revenus dans la sécurité sociale.

Pour B Plus, l’accusation d’une gouvernance belge chaotique et peu démocratique tient aussi au problème non résolu de la hiérarchie des normes, comme on l’a vu, dramatiquement, avec le dossier DHL. Cela dit, la Wallonie ne connaît plus le déclin décrit, même si le chômage y reste trop aigu. Alors, emprunter la voie de la scission ‘n’est non seulement pas une solution mais un pis-aller qui déconsidérerait nos régions en Europe’. B Plus montre aussi que les promoteurs du Manifeste prennent leurs rêves pour des réalités. Non, trois fois non, l’on ne peut comparer la Belgique et l’ex-Tchécoslovaquie. C’est intellectuellement malhonnête…
(geciteerd uit website LLB)